mars 6, 2020 | Actualités

L’espoir pour l’enseignement supérieur et les technologies de l’information face aux coupes budgétaires imminentes

Les départements informatiques de l’Alberta, au Canada, se renforcent et mettent davantage l’accent sur l’expérience des étudiants, même en cas de changements budgétaires.

2 min

Les coupes budgétaires imminentes ne sont pas de bon augure pour l’amélioration de la technologie sur le campus ou l’expérience des étudiants. 

Le rapport MacKinnon recommande de réduire les dépenses d’éducation dans toute l’Alberta en faveur de l’équilibre budgétaire. Selon le rapport, les écoles de l’Alberta dépensent 15 000 dollars de plus par élève ETP que les écoles de l’Ontario, et près de 4 000 dollars de plus pour l’administration que la Colombie-Britannique et l’Ontario.

Le rapport appelle à mettre davantage l’accent sur les frais de scolarité et les financements alternatifs, et à évaluer la viabilité des établissements pour le financement public.*

Dans son discours sur l’état de l’université, le président Turpin a indiqué que l’université de l’Alberta a l’un des ratios étudiants/facultés les plus bas et qu’elle dépense plus par étudiant que n’importe lequel de ses pairs. C’est significatif car les deux tiers de son financement proviennent de subventions gouvernementales.

Le président Turpin prévoit de s’appuyer sur la croissance des inscriptions (tant au niveau national qu’international), les économies administratives et une utilisation plus efficace des espaces du campus pour se préparer aux changements budgétaires. L’université a déjà commencé à utiliser des données pour accroître la transparence et identifier les « domaines de redondance et d’inefficacité ».*

Les modifications du budget administratif affecteront sans aucun doute tous les départements, y compris les services et technologies de l’information, qui font de l’expérience des étudiants une priorité. Selon un rapport de 2018, le département est passé d’une mentalité de prestataire de services à celle de partenaire proactif, voire « d’influenceur, de changeur de jeu « * comme le dit Dilshad, le responsable de la formation et du développement.

Alors comment les départements informatiques de l’Alberta peuvent-ils continuer à changer la donne face à ces coupes budgétaires?

Une université de l’Alberta montre la voie. L’Université Mount Royal a pris un bon départ en utilisant des données pour identifier les zones qui pourraient être réduites sans sacrifier l’expérience des étudiants. À l’aide du logiciel LabStats de suivi des salles informatiques, Mount Royal a commencé à suivre quand, où et combien de temps les ordinateurs du campus étaient utilisés.

Ils ont identifié quatre salles informatiques sous-utilisées et les ont transformées en salles de classe. Les salles informartiques étaient coûteuses à entretenir – une seule coûtait 25 000 dollars tous les quatre ans, et leur transformation en salles de classe a non seulement permis de libérer un budget, mais aussi d’ouvrir des possibilités de revenus supplémentaires.

Mount Royal a également utilisé LabStats pour automatiser et rationaliser des processus qui prenaient auparavant des semaines au personnel – réalisant ainsi encore plus d’économies budgétaires.

Bien que des réductions budgétaires à l’échelle de la province semblent imminentes, il y a de l’espoir pour les départements informatiques supérieurs qui s’appuient sur des données pour déterminer où effectuer des réductions sans sacrifier l’expérience des étudiants.